Les différentes écoles d’analyse : analyse technique, analyse graphique, analyse fondamentale, …

Avant de trader et de maîtriser toutes les techniques de trading, il faut être capable de comprendre le marché, les mouvements boursiers, les réactions de ses acteurs (traders, banques, hedge fund, etc). Le trader a besoin d’une méthode d’analyse. Dans cette vidéo, vous allez comprendre quelles sont les différentes manière d’analyser sur les marchés, comme l’analyse graphique ou fondamentale.

Le texte ci-après est une retranscription de la vidéo. Préférez le format vidéo pour une meilleure compréhension de la leçon, et ne lisez pas le texte seul sans avoir vu la vidéo. Vous passeriez à côté du plus important.

1. L’analyse fondamentale

1.a. L’analyse fondamentale et le trading

Avant toute chose, il faut comprendre que toutes les méthodes d’analyse sur les marchés financiers, ont leur points forts et leurs points faibles. Elles peuvent être utilisées seules ou en complémentarités. Il n’y a pas une meilleure manière qu’une autre, c’est en fonction de ce que vous recherchez, de votre style, de votre personnalité, …

L’analyse fondamentale repose sur une transposition de l’économie réelle sur les cours boursiers. Elle part du principe qu’à une situation donnée, l’interprétation que va en faire le marché sera liée à une logique économique. Il s’agit d’analyser la situation économique d’un pays, d’une société ou d’une zone et de comprendre les enjeux à venir pour anticiper ce que peut faire le marché. Cette analyse passe par l’observation des chiffres, des discours, etc. Cependant, il faut faire attention aux limites de cette analyse qui sont très vites atteintes par les comportements des acteurs du marché. Dans l’exemple des bulles ou « krachs boursiers », ces mouvements gigantesques ont été créés par une logique, ou illogique, comportementale et non par les fondamentaux ou une réelle transcription de l’économie.

L’analyse financière d’une société a une place importante dans l’investissement à long terme. Il s’agit d’analyser les chiffres clés d’une société, sa politique d’investissement, de comprendre sa stratégie de développement, ses produits, ses concurrents, son comportement face aux actionnaires, etc. Pour estimer si la société va à l’avenir être rentable ou non et de ce fait s’il faut investir en elle ou non.

La vraie question qui doit se poser est : Est-ce que cette analyse a sa place dans le trading ?

Le problème majeur de l’analyse fondamentale est le timing. L’analyse fondamentale permet plutôt une compréhension ou une anticipation à long terme d’une tendance. Mais la décision d’entrer sur le marché doit reposer sur une analyse graphique afin de préciser le timing d’entrée. Elle permet aussi de choisir son marché afin d’éviter les marchés faibles et de privilégier les marchés forts.

1.b. L’accès à l’information

Mais le vrai problème de l’analyse fondamentale est l’accès à l’information.

Pour faire une analyse parfaite, il faudrait avoir accès à l’information rapidement et qu’elle soit le moins parasitée possible. Il faudrait ensuite être capable de l’interpréter, non pas correctement, mais de la même manière que le ferait le consensus, ce qui est déjà un exercice plus compliqué car il faut comprendre ce que les analystes pensent. Le problème c’est qu’en étant particulier, seul chez soi sans outils professionnels, sans les contacts et le réseaux d’informateurs, et sans salle de marché, cela reste vraiment difficile. Voir impossible.

2. L’analyse comportementale

2.a. Les axiomes de l’analyse comportementale

L’axiome de l’analyse comportementale résume bien le principe : « Acheter la rumeur et vendre la nouvelle ».

Les traders cherchent à anticiper les annonces et évolutions économiques. Ils agissent donc en amont et prennent position pour anticiper les mouvements futurs des prix. Tout est déjà dans le prix ! L’analyse comportementale consiste à analyser les anticipations et réactions du marché en analysant le comportement des opérateurs retranscrites dans le prix. La différence majeure entre l’analyse fondamentale et l’analyse comportementale réside dans le fait qu’analyser le comportement des traders revient à analyser directement le marché. Ce comportement est d’ailleurs souvent lié au fondamental. Ainsi, au lieu d’analyser les fondamentaux, on analyse la réaction du consensus pour être sûr de ne pas se tromper.

2.b. Chacun son style !

Il y a plusieurs disciplines dans l’analyse comportementale :

  • L’analyse chartiste : étude des graphiques, évolution du prix, théorie de Dow, …
  • L’analyse technique : études des indicateurs techniques et concepts techniques
  • L’analyse des flux : études des carnets d’ordres, des flux d’ordres et de volume, du profil de marché, …

Là encore, chaque discipline est complémentaire, il n’y en a pas une qui est mieux qu’une autre. Il y’a une qui va plus vous parler, qui fonctionnera mieux avec vous qu’avec un autre.

Ces disciplines dépendent bien souvent des « modes » sur Internet. Dans les années 90, l’étude des volumes était très prisée par les traders et les salles de marché. Lors de la démocratisation du Forex dans les années 2008/2009, de nombreux forums et communautés sur Internet ont vu le jour, favorisant une nouvelle mode, celle de l’analyse technique et la combinaison des indicateurs techniques. On peut citer plus récemment la mode de l’ichimoku en France et du carnet d’ordre qui revient en force.

3. L’analyse quantitative

L’analyse quantitative consiste à modéliser mathématiquement le mouvement des marchés.

C’est le trading le plus complexe qu’il soit et réclame d’énormes connaissances mathématiques. C’est celui qui est le plus prisé dans le trading haute fréquence utilisé par certains gros acteurs du marché.

Modéliser le mouvement

Chez DMTrading, nous utilisons une approche similaire à l’approche quantitative. Pour autant, presque aucune connaissance ni compétence en mathématique n’est requise.

L’approche statistique de DMTrading repose sur la modélisation de l’évolution du risque, du taux de réussite et de l’espérance de gain des stratégies de trading en fonction de l’évolution du mouvement.

Cela signifie plus simplement que nous utilisons plusieurs stratégies, que nous appliquons selon les différents cas de marché en fonction de leur espérance de gain, de leur taux de réussite et de l’évolution du risque.