L’indicateur technique bandes de Bollinger : définition et cycles de volatilité

Dans ce cours, nous détaillerons l’indicateur technique le plus utilisé chez DMTrading, il s’agit des Bandes de Bollinger (BB). Pour comprendre son calcul, nous aurons besoin d’utiliser la notion de moyenne mobile et d’écart-type.

Texte de la vidéo retranscrit ci-après. Ne pas lire le texte indépendamment de la vidéo pour une bonne compréhension. Le texte étant une retranscription, vous passeriez à côté de l’essentiel.

1. Les bandes de Bollinger

1.a. Définition de l’indicateur

Construction des bandes de Bollinger

Pour tracer les Bandes de Bollinger, nous avons besoin d’utiliser la notion de moyenne mobile. Les BB sont composés de trois éléments :

  • Une moyenne mobile de période N
  • Une bande supérieure, obtenue en ajoutant un certain écart-type (généralement 2) à la moyenne mobile.
  • Une bande inférieure, obtenue en retirant un certain écart-type (généralement 2) à la moyenne mobile.

Les BB se dessine directement sur le prix. Le graphique ci-dessous donne une représentation des bandes de Bollinger avec un écart-type de 2.

Graphique avec des bandes de Bollinger

Les autres indicateurs utilisant l’écart-type

La lecture des BB peut être facilité par des indicateurs complémentaires basés sur les écarts types comme le CCI ou l’oscillateur de Bollinger, l’écart type lui-même ou la dérivée des bandes. Le CCI sera étudié dans le chapitre sur les oscillateurs.

Tout d’abord, on peut remarquer que cet indicateur fonctionne sous forme de cycles. Lorsque l’indicateur est bas, cela signifie que le prix est au plus proche de sa moyenne, autrement dit qu’il bouge très peu. En effet, si le cours évolue au plus proche de sa moyenne, c’est que les écarts calculés sont très faibles voire similaires. Par contre, lorsque le prix va accélérer, le prix va s’écarter de sa moyenne et créer un sommet sur l’écart type. L’écart type met donc en évidence les zones d’accélération du prix.

Le second indicateur qu’on appelle dérivée des bandes est un indicateur surprenant représentant la dérivée des accélérations et décélérations des BB. Là encore, chaque fois que le prix s’écarte de sa moyenne, l’indicateur met en évidence des zones d’accélération. Les zones en bleues montrent l’endroit où l’indicateur se croise avec sa moyenne et montrent donc les zones de décélération lorsque l’écart type est au plus bas.

1.b. Interprétation et utilisation

Les cycles de la volatilité

La volatilité est à l’image d’une batterie : elle se charge et se décharge évoluant suivant un cycle de 4 phases.

La première phase est ce que l’on appelle la phase d’accumulation : c’est la phase d’attente de la volatilité là ou l’écart type est le plus faible. C’est dans cette phase que se positionnent en général ceux qui anticipent les réactions du marchés ou les nouvelles. C’est la phase des initiés ou les gros poissons du marché.

La seconde phase s’appelle la phase d’accélération : C’est la phase où les premières pertes sont exécutées et où les premiers suiveurs rentrent sur le marché.

La troisième phase est la phase de décélération : elle correspond à la première prise de bénéfice, ce qui a pour conséquence de faire décélérer le marchépour une correction.

La quatrième phase est la phase d’inversion : elle correspond à la fin du mouvement, là où les prises de bénéfices successives ont épuisé le marché. Suite à cela , une nouvelle phase 1 se reformera.

Les phases du cycle se repèrent relativement facilement sur les bandes !

Ces 4 phases se dessinent de la sorte sur une courbe :

  • Phase 1 : bandes resserrées autour du prix, parallèles
  • Phase 2 : bandes qui s’écartent, divergentes
  • Phase 3 : bande opposée à la tendance se retourne, bandes parallèles
  • Phase 4 : bandes qui se resserrent, convergentes

Le graphique ci-dessous illustre les différentes phases par les bandes de Bollinger.

Décomposition des phases des bandes de Bollinger

Afin de repérer facilement ces phases, il suffit simplement de repérer la phase la plus simple à voir : la phase 4. En repérant le mouvement précédent, on peut facilement reprérer la décélération et de ce fait la phase 4 qui précède la phase 1 nous intéressant particulièrement.

Pour repérer cette phase 1, il suffira lorsque l’on repère la phase 4 de tracer le dernier plus haut et le dernier plus bas du mouvement afin de tracer un range. Tant que ce range n’est pas cassé, le prix sera en phase 1.

Lorsque le prix sera finalement collé à ses BB, on pourra resserrer le range pour obtenir un signal de cassure plus précis.

Les bulles et les rouleaux

Le mouvement peut être explosif ou linéaire. Un mouvement explosif est un éclatement soudain de la volatilité sans retracement du mouvement et qui s’arrête brutalement, c’est ce qu’on appelle une bulle.

Un mouvement linéaire peut démarrer comme un mouvement explosif mais se poursuit, on appelle cela un rouleau.

Chez DMT, notre technique de trading et d’analyse repose uniquement sur cet indicateur. Les bandes nous servent à découper les mouvements, à quantifier sa volatilité et à délimiter nos zones de trading. Elles nous servent aussi à rentrer en position et à sortir de position.