L’environnement du trader, station de trading, broker, etc.

Pour trader, il faut un capital, une technique et des outils. Dans cette vidéo, vous allez découvrir l’environnement du trader Forex : les brokers, les logiciels de trading et d’analyse graphique, et comment monter sa station de trading pas chère.

Le texte ci-après est une retranscription de la vidéo. Préférez le format vidéo pour une meilleure compréhension de la leçon, et ne lisez pas le texte seul sans avoir vu la vidéo. Vous passeriez à côté du plus important.

1. L’intermédiaire : le broker Forex et le market maker

1.a. Les différents types d’intermédiaires

Il existe deux grands types d’intermédiaires : les brokers Forex et les market makers. Le broker n’est qu’un intermédiaire entre ses clients et leurs contreparties. On parle de « modèle agence ». La contrepartie peut être une banque, un trader, un fond ou un market maker. À la différence du broker Forex, ce dernier va être la contrepartie de nos opérations, qui ne seront pas routées sur le marché. Libre à lui ensuite de se couvrir ou pas. S’il se couvre, il n’y a pas de conflits d’intérêt. Il prend une position inverse sur le marché, pour annuler son risque, l’atténuer, voire gagner un peu d’argent. S’il ne se couvre pas, il perd de l’argent si le trader (son client) en gagne, et en gagne si le trader en perd. D’où le conflit d’intérêt.

  • Le broker : le broker reçoit les cotations de ses fournisseurs de liquidités, les agrège et les propose à ses clients après avoir ajouté un spread supplémentaire (le markup) ou une commission. Les prix finaux sont ceux affichés sur votre plateforme : le prix d’achat (ask) et de vente (bid). Le broker est une sorte de grossiste. Il se rémunère donc sur le spread et/ou les commissions.
  • Le marketmaker : le marketmaker va jouer le rôle de contrepartie. Comme un broker, il va proposer des prix sur sa plateforme, qui sont ceux du marché interbancaire. Jusque là, aucune différence. Néanmoins, il peut agir différemment en fonction de la tête du client, selon qu’il soit gagnant ou perdant, autrement dit, débutant ou expérimentés, ou en fonction de son style de trading. Ce fichage, permet de classer les clients dans deux books. Le A-Book (client expérimentés, gagnants, au style de trading dangereux pour le market maker) et le B-Book (débutants, perdants, au style de trading dangereux pour le client). Un trader qui trade dans le B-Book trade en réalité contre son market maker.
  • Quand un client trade dans le A-Book, il ya trois possibilités. Soit le market maker va « matcher » son trade avec celui d’un autre client (situation rare), soit il va agir comme un broker et router son ordre sur le marché, soit il va prendre la contrepartie mais va se couvrir sur le marché pour éviter le conflit d’intérêt.
  • Quand un client trade dans le B-Book, le market maker n’envoie pas vos ordres sur le marché, il les garde en interne. Initialement, le market maker se couvrait pour éviter le conflit d’intérêt. Du coup, il ne gagnait que sur le spread, les commissions et les quelques petites spéculations. Mais, partant du constat qu’il y’avait plus de 95% de perdants dans ses clients, il est devenu plus rentable pour eux de prendre directement la contrepartie, ouvrant la porte à beaucoup de conflits d’intérêt et d’arnaques en tout genre.

En effet, pour gagner de l’argent, les market maker ont besoin assez souvent de nouveaux clients, débutants de préférence. D’où l’émergence d’un marketing agressif et la multiplication des arnaques, des call-center, etc.

En soi, se rémunérer sur la perte du client n’est pas un problème puisqu’au final le client perdra quand même s’il n’est pas formé ou n’a pas d’expérience. Le vrai problème vient de l’honnêteté du market maker car il peut encourager des pratiques pour faire perdre son client ou manipuler les prix de sa plateforme dans ce but. A l’heure actuelle, il existe très peu de broker ne faisant pas de B-book. Certains se vantent de ne pas en faire mais, au final, ils envoient bien souvent leur clients chez un partenaire et se rémunèrent via des partenariats. Les brokers malhonnêtes, souvent affiliés à Chypre et en Israël (options binaires, …) utilisent des call-center, de l’emailing de masse, bref toutes les techniques des arnaques à distance, ils engagent une armée de commerciaux et investissent dans le marketing pour trouver de nouvelles victimes. Ils utilisent des noms à consonance sérieuse ou proche d’un broker connu pour manipuler les nouveaux particuliers.

Pensez bien à différencier les market makers régulés et non régulés. Tous les market makers possédant une régulation européenne ou américaine sont en général fiables. Par contre, fuyez tous les autres comme la peste … N’oubliez pas non plus que le rôle des brokers est de transmettre les ordres ou de les exécuter et non pas de vous conseiller. Il est interdit pour un broker de conseiller un client sur une position ou autre. Ils peuvent seulement mettre à votre disposition des formations, des eBooks ou autres outils afin de vous aider mais en aucun cas vous conseiller.

Par ailleurs, la formation du client est obligatoire. Les brokers régulés ont pour obligation de s’assurer que leurs clients soient conscients des risques, soient correctement formés, et que leur investissement, et donc pertes éventuelles, ne les mettent pas dans une situation financière délicate ensuite. Ne pas respecter tout ça constitue une faute de la part du broker.

1.b. Spread variable et spread fixe .

Le spread sur le marché interbancaire varie en fonction de la liquidité et de la volatilité des paires de devises.

  • Le spread variable est très simple à comprendre : le broker rajoute tout simplement un markup au spread interbancaire ce qui donne le prix sur votre plateforme. C’est comparable à l’achat en gros et à la vente au détail d’un grossiste. Il peut aussi ne pas mettre de markup mais prendre une commission sur vos trades. Le prix est en général similaire pour vous mais bien plus intéressant car vous pouvez rentrer à des prix plus serrés et donc gérer vos positions plus aisément.
  • Le spread fixe quant à lui doit là encore être fuit comme la peste. Imaginez un spread fixe de 0,8. Si, à ce même moment, le vrai spread du marché est à 0,6, le broker se rémunère sur la différence. Imaginez maintenant que lors d’une période de forte volatilité, le spread variable passe à 0,8. Que va t-il se passer ? Le broker ne gagnera rien, voire pourrait perdre de l’argent, il va donc bloquer la transaction et la décaler plus haut (ou plus bas), c’est ce que l’on appelle le slippage. Votre ordre ne sera pas exécuté au prix voulu. Il pourra aussi recréer un faux marché en vous exécutant plus haut. Privilégiez donc les spreads variables !
  • Cela étant, le slippage sur le spread variable est aussi possible. Il suffit qu’il y’ait une liquidité faible ou des décalages trop rapides.

2. Les logiciels pour trader

2.a. Les plateformes de trading

Il existe deux principaux types de plateformes :

  • Les plateformes d’analyse : elles ont des fonctionnalités avancées pour analyser les données et les graphiques.
  • Les plateformes de trading : elles servent à prendre des trades et les gérer. La majorité ont des fonctionnalités graphiques pour faire de l’analyse mais ne sont pas aussi complètes que les premières. Il vaut donc mieux avoir les deux.

La plateforme que nous utilisons couramment s’appelle ProrealTime. Il en existe de nombreuses autres mais c’est celle que nous préférons chez DMTrading. Cette plateforme est extrêmement ergonomique et fonctionne sur tous les supports. Elle est malheureusement un peu chère.

Pour la passation des ordres, MetaTrader 4 est la plateforme de trading la plus répandue chez les particuliers. Ceci est plus dû à leur stratégie de développement qu’à la plateforme en elle-même. Malgré les efforts au fil des ans pour l’améliorer, elle est loin d’être simple, ergonomique et fonctionnelle.

2.b. DMToolbox

Pour rendre la plateforme ergonomique et améliorer ses fonctions, il faut passer par notre add-on : DMToolbox. Il permet entre autres d’accélérer la navigation sur MT4 mais aussi de prendre des positions à la souris directement en un clic, calcul de taille de position automatique, module de gestion de trades avancé. Bref, il s’est imposé très rapidement chez les élèves de DMT pour le gain de temps qu’il apporte et sa simplicité d’utilisation. Nous vous laissons aller découvrir le wébinaire de présentation le concernant en espérant qu’il vous plaira .