Graphique boursier, chandeliers japonais, volatilité, liquidité, …

Cette vidéo inaugure une partie plus intéressante de la formation. Avant de devenir un trader gagnant, il faut apprendre à analyser les graphiques. Mais tout d’abord, on va voir comment lire un graphique boursier et notamment à travers les représentations graphiques telles que les chandeliers japonais par exemple.

Le texte ci-après est une retranscription de la vidéo. Préférez le format vidéo pour une meilleure compréhension de la leçon, et ne lisez pas le texte seul sans avoir vu la vidéo. Vous passeriez à côté du plus important.

1. Le graphique

1.a. Qu’est-ce qu’un graphique boursier ?

Le graphique boursier est la représentation du prix en fonction du temps.

Le prix est le résultat de la loi de l’offre et de la demande. La rencontre entre un ou plusieurs acheteurs (demande/ask) et un ou plusieurs vendeurs (offre/bid) à un prix donné. Le prix est donc le consensus entre un acheteur et un vendeur.

Les acheteurs et les vendeurs sont les acteurs du marché. Ils ont des stratégies, des raisons, des opinions, des termes, des objectifs et des moyens complètement différents. Ce sont ces différences qui créent les mouvements, les niveaux, la volatilité et la liquidité ! Si tous les acteurs étaient d’accord sur un seul prix, le prix ne bougerait jamais et donc le graphique n’évoluerait pas non plus.

2. Pourquoi étudier un graphique ?

L’étude graphique consiste à analyser le comportement des acteurs sur le marché en se basant sur le passé et le présent. Le graphique montre le prix, et le prix est le résultat de l’offre et de la demande, et donc du comportement des acteurs. Ainsi, analyser et comprendre les graphiques revient à analyser le comportement des acteurs qui créent le prix, et donc, comprendre le marché dans sa réalité.

Attention cependant à ne pas commettre certaines erreurs.

  • On ne peut pas prédire ce que va faire le prix mais on peut le prévoir.
  • Il évolue au gré des réactions des acteurs et des événements économiques et de leur perception.
  • Il n’évolue pas selon une marche aléatoire et a un degré d’efficience moyen. Cela signifie que le prix représente le prix réel.
  • On ne peut que constater ce qu’il se passe et agir en tant que tel. Soit le marché nous donne raison soit il nous donne tort.
  • Contrairement à ce qui est dit sur les forums ou divers sites, aucun outil n’est utilisé en masse par les professionnels ou ne revêt la qualité de prophétie auto-réalisatrice !
  • Le prix, le mouvement, la volatilité et la liquidité sont les éléments les plus importants. Tout le reste n’est que superflu et contribue à l’échec massif des particuliers en trading et en investissement.
  • La « quête du graal » est vaine. Vous ne trouverez jamais un outil vous permettant de prédire le prix. Cela reviendrait à penser pouvoir prédire le comportement humain et l’aléa des événements économiques.

    2. Lire un graphique

    2.a. Comment lire un graphique ?

Le graphique le plus commun est une représentation du prix à l’instant T. Il évolue en fonction du temps, que l’on peut définir. Ainsi, si l’on souhaite observer l’évolution du prix toutes les 30 minutes, nous aurons un nouveau point toutes les 30 minutes comme le montre le graphique suivant :

représentation graphique lecture graphique boursier
Représentation d’un graphique boursier avec une période de 30 minutes

La courbe composée de tous les points est l’évolution du prix toutes les 30 minutes tandis que celle composée uniquement des points rouges est l’évolution du prix toutes les heures. Ainsi, en « zoomant »  sur les unités de temps, on peut observer plus de détails sur la courbe même si celle-ci reste la même.

3.b. Les unités de temps

Il existe un nombre infini d’unités de temps mais la plupart des plateformes proposent : Le M1 (mensuel) / W1 (hebdomadaire) / D1 (journalier) / H4 (4 heures) / H1 (1 heure) / m30 (30 minutes) / m15 / m5 / m1 . Il y’a, bien entendu, toutes les autres qui sont possibles mais celles-ci sont celles qui sont proposées par défaut sur les plateformes, et de fait les plus utilisées.

On peut donc effectuer un « zoom » sur le même graphique afin d’observer l’évolution du prix de plus près et cela plusieurs fois de suite si nécessaire. Ici, on représente le même mouvement sur un graphique boursier avec un niveau de zoom différent : le premier est calculé en journalier et le second en 4 heures.

graphique boursier journalier vs graphique boursier H4
Graphique boursier journalier vs Graphique boursier H4

Il est parfois nécessaire de zoomer pour mieux comprendre ce qu’il se passe à l’intérieur d’un mouvement, ou parfois nécessaire de dézoomer pour prendre plus de recul : il vaut mieux savoir « filtrer » les informations sur une UT (unité de temps) supérieure afin d’avoir une vision plus globale du prix.

3.c. La volatilité

La volatilité est le calcul de l’amplitude des mouvements et varie en fonction du contexte. Attention à ne pas la confondre avec les volumes !

volatiltié forex
Volatilité : amplitude entre deux points extrêmes

On peut calculer la volatilité de deux manières. La première, c’est l’amplitude entre un point haut et un point bas (volatilité du range de prix). Ainsi, plus la distance entre un point haut et un point bas est élevée et plus la volatilité est élevée.

volatiltie forex amplitude
Volatilité : amplitude par rapport à un niveau

L’autre méthode permettant de mesurer la volatilité consiste à se baser sur un niveau statique ou dynamique :

On l’appelle la volatilité directionnelle et c’est celle là qui nous intéresse le plus. Elle peut aussi se calculer sur une moyenne mobile ou un écart type par exemple.

3.d. La liquidité ( ou volume )

C’est la quantité de titres échangés, de transactions ou le total des montants échangés. Elle peut être visualisée de deux manières :

  • En fonction du temps : ici, les histogrammes verts et rouges représentent un nombre de transactions / quantité échangés pendant la période.
  • En fonction du niveau de prix : ici les histogrammes bleus représentent le nombre d’échange en fonction du niveau de prix. Cette représentation est particulièrement efficace pour déterminer quels niveaux sont les plus travaillés et du coup les plus enclins à provoquer un range.
représentation volume forex.png
Représentation des volumes par période ou par niveaux de prix

3.e. Les représentations graphiques

Il existe plusieurs manières de représenter le graphique :

  • représentation graphique courbe
    Représentation graphique en courbe

    La représentation classique en courbes et points : le souci sur cette représentation c’est que nous ne possédons que le prix de cloture. Ainsi, entre deux points, nous ne savons pas comment le prix a réellement évolué, nous ne possédons que le résultat. C’est un peu comme connaître le résultat d’un match de foot sans avoir vu le match.

  • graphique en courbe vs graphique en chandelier japonais
    Comparaison entre un graphique en courbe et un graphique boursier en chandeliers japonais

    Les chandeliers japonais : c’est la représentation la plus connue et la plus populaire. Elle indique plusieurs informations : le plus haut, le plus bas, le cours d’ouverture et le cours de clôture à l’instant T. Voici la différence entre un graphique classique et un graphique chandelier :

  • représentation graphique boursier chandeliers japonais vs graphique barchart
    Comparaison graphique boursier en chandelier japonais et barchart

    Le BarChart : c’est la représentation européenne du chandelier mais elle possède les mêmes informations que le chandelier.

Voici les principales ! Il en existe évidemment une multitude d’autres comme les heiken-ashi, … Certaines ne représentent même pas le prix en fonction du temps, comme par exemple le Renko, kagi, three line break, points et figures, les volumes-bar, les tick-par-ticks, … Toutes ces représentations ont leurs avantages et leurs inconvénients et il est très intéressant de savoir les utiliser car elles peuvent permettre de mettre en place des stratégies très complètes.