L’indicateur technique MACD : définition, croisements et divergences

Dans ce cours, nous aborderons un indicateur technique bien connu dans le monde du trading : le MACD. Pour le calculer, nous aurons besoin d’utiliser la notion de moyenne mobile exponentielle (MME). Si vous ne vous souvenez plus de la différence entre les moyennes mobiles simples et exponentielles, je vous recommande de relire le cours sur les moyennes mobiles.

Texte de la vidéo retranscrit ci-après. Ne pas lire le texte indépendamment de la vidéo pour une bonne compréhension. Le texte étant une retranscription, vous passeriez à côté de l’essentiel.

1. Le MACD

1.a. Définition de l’indicateur

  • Construction du MACD

L’indicateur de convergence et divergence des moyennes mobiles, ou Moving Average Convergence and Divergence (MACD) en anglais, est un indicateur permettant d’identifier la tendance du cours boursier. Il permet de compenser le retard des moyennes mobiles simples, en particulier grâce à la réactivité des moyennes mobiles exponentielles.

Le MACD a été créé par Gerard Appel dans les années 70. Il est composé de deux courbes : la ligne de MACD et la ligne de signal, et d’un histogramme.

La ligne de MACD se calcule en effectuant la soustraction entre une moyenne mobile exponentielle court terme (généralement de période 12) à une moyenne mobile exponentielle long terme (de période 26). Sur le graphique ce-dessous, nous avons représenté la moyenne mobile 12 en jaune et la moyenne mobile 26 en rose. La courbe bleue est la ligne de MACD, vous pouvez constatez que lorsque les deux moyennes mobiles se croisent (la différence est alors nulle), la ligne de MACD vaut donc 0 (ligne horizontale blanche).

Lorsque la moyenne mobile de période 12 est au-dessus de celle de période 26 (la différence est positive), la tendance est haussière, et donc la ligne de MACD est au-dessus du zéro. Lorsque la moyenne mobile de période 12 est en-dessous de celle de période 26 (la différence est négative), la tendance est baissière, et donc la ligne de MACD est en-dessous du zéro.

La ligne de MACD est bleue : c’est la soustraction entre la courbe jaune et la courbe rose.

La ligne de signal représente une moyenne mobile exponentielle de la ligne de MACD. En général, on la paramètre avec une période de 9. Elle permet de lisser la ligne de MACD tout en étant réactif car calculé de façon exponentielle. Sur le graphique ci-dessous, elle est représentée avec une couleur rouge.

La ligne de signal est en rouge : c’est la moyenne mobile exponentielle de période 9 de la courbe bleue.

Enfin, l’histogramme, aussi appelé oscillateur du MACD, est obtenu en soustrayant la ligne de signal à la ligne du MACD. Il permet de représenter plus clairement l’écart entre le MACD et sa moyenne. Il est représenté, sur le graphique ci-dessous, en vert lorsque le MACD est supérieur à sa moyenne mobile, et en rouge lorsqu’il il lui est inférieur.

L’histogramme représente la différence entre la ligne de MACD et sa moyenne mobile exponentielle.

 

 

 1.b. Interprétation et utilisation

Le MACD peut indiquer de deux façons : par l’étude des croisements de ces courbes ou par l’étude des divergences.

Les croisements

Il y a deux types de croisements possibles pour l’indicateur MACD.

Le premier croisement correspond à l’intersection entre la ligne de MACD et sa moyenne mobile exponentielle (la ligne de signal). Lorsque le MACD la traverse à la hausse, cela signifie que la MME12 s’écarte fortement de la MME26, le prix accélère à la hausse, et nous obtenons donc un signal d’achat. Le graphique ci-dessous illustre ce cas précis.

Croisements entre le MACD et sa ligne de signal : signaux d’achat

Les flèches jaunes sont positionnés au niveau du croisement entre la ligne de MACD et la ligne de signal. Nous constatons qu’à la suite des trois croisements représentés, le cours s’envole à la hausse. De même pour les croisements à la baisse. Nous remarquons également que plus le MACD s’éloigne de sa MME9 et plus la tendance dans laquelle le cours se trouve est forte. Ainsi, si vous êtes positionnés à l’achat en septembre 2014 (deuxième flèche jaune), le MACD permet de rester en position dans la tendance tant qu’un croisement à la baisse n’a pas lieu.

A titre d’exemple, en octobre 2014, la tendance commence à s’essoufler car le MACD et sa ligne de signal se rapprochent mais ne se croisent pas avant janvier 2015. L’indicateur MACD permet donc de profiter au maximum de la tendance. Cet indicateur est souvent utilisé par les analystes puisqu’il donne de manière plus réactive (notamment grâce aux MME) des signaux d’achat ou de vente par rapport à d’autres méthodes plus classiques tels que le croisement des moyennes mobiles simples (de période 20 et 50). Néanmoins, il faut bien faire attention à un point : plus un signal d’achat ou de vente arrive tôt, plus il y’a de chances que ce soit un faux signal. Ainsi, cet indicateur n’est pas une fin en soi, il faut le combiner avec d’autres indicateurs pour confirmer les signaux, comme par exemple le RSI ou le Stochastique (nous détaillerons ces indicateurs dans le prochain cours).

Le second croisement est celui entre la ligne de MACD et la ligne horizontale 0. Ce croisement ne correspond en fait qu’à un croisement entre les deux MME. Il marque un éventuel retour de tendance et ne présente pas vraiment d’intérêt hormis pour obtenir une aide visuelle pour détecter plus facilement la tendance en cours. Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter le cours sur les moyennes mobiles. Néanmoins, la théorie de Dow se suffit à elle-même.

Comme vous l’avez sans doute remarqué, malgré leur intérêt, les croisements ne représente pas la meilleur façon d’utiliser le MACD. Le plus intéressant réside dans les divergences puisque ce sont eux qui indiquent les retournements de tendances les plus puissants.

Les divergenceS

Une divergence est une « décorrelation » entre la tendance d’un cours et la tendance que donne l’indicateur. Par exemple, si le cours est en tendance haussière et que l’indicateur est en tendance opposée alors nous sommes dans un cas de divergence. Dans notre cas, une divergence est obtenue lorsqu’il y’a une décorrélation entre la ligne de MACD et le prix réel. Sur le graphique ci-dessous, le prix fait un nouveau plus haut (flèche verte en pointillés) alors que la ligne de MACD suit une tendance baissière (flèche rouge en pointillés), il s’agit donc d’une divergence baissière. On constate que par la suite le prix a suivi une tendance baissière pendant plus d’un an.

Divergence baissière donnée par le MACD sur la paire USDJPY

Attention malgré tout à ne pas croire que les divergences montrent le retournement d’une tendance à dans 100% des cas. Bien souvent, la divergence ne montre qu’une faiblesse dans la tendance et peut être suivi par une correction, un retournement ou bien une phase de stabilisation du prix. Il faut bien garder à l’esprit une fois encore que le MACD est une aide visuelle pour déceler ces faiblesses de marché mais en aucun cas pour entrer sur le marché.

Les divergences sont plus efficaces si elles sont couplées avec d’autre signaux, comme par exemple les supports et résistances ou le chartisme. Coupler ce genre de signaux peut donner des résultats vraiment intéressants.

En poussant un peu plus loin la réflexion, nous pouvons dire que les divergences ne sont en fait que l’étude des impulsions d’une tendance et permettent de déterminer le moment où l’impulsion est la plus faible, ce qui crée une divergence.

Il existe un autre type de divergences : les divergences cachées. Les divergences peuvent être un outil redoutable si elles sont correctement utilisées. Chez DMTrading, nous proposons une formation où nous présentons une stratégie basée sur les divergences du MACD.