Généralités sur les indicateurs techniques

Les indicateurs techniques sont très prisés des débutants car simples d’utilisation. Ils réduisent le trading à quelque chose de simple et d’accessible. Pourtant, un indicateur n’est pas tout le temps une bonne idée et est parfois mal utilisé. Avant d’aller en détail étudier les indicateurs les plus connus, voyons quelques généralités et réflexions indispensables.

Le texte ci-après est une retranscription de la vidéo. Préférez le format vidéo pour une meilleure compréhension de la leçon, et ne lisez pas le texte seul sans avoir vu la vidéo. Vous passeriez à côté du plus important.

Utiliser les indicateurs techniques

a. Le mot de la sémantique

Un indicateur … indique et c’est tout !

L’indicateur technique subit beaucoup de dérivés à l’image de l’analyse technique, autrement dit c’est à la mode et beaucoup d’utilisateurs croient en leurs pouvoirs d’auto-réalisation. Avant tout, un indicateur technique est une déformation mathématique du prix. Il représente une situation mathématique sur une période arbitrairement choisie. Il ne permet en aucun cas de prédire le marché mais peut permettre de qualifier un marché et parfois de constater des faiblesses ou des accélérations par exemple.

b. La relativité de la période

La période sur un indicateur représente la durée sur laquelle il va être calculé. L’utilisateur choisit une période en fonction de ce qu’il veut mettre en évidence, du bruit, du lissage, etc.

Le choix d’une période est compliqué : le paramétrage peut être logique, empirique ou ésotérique :

  • Paramétrage logique : nombre d’heure précis correspondant à une donnée logique pour un être humain (exemple : une semaine, un mois, une journée, …).
  • Paramétrage empirique : c’est une période de calcul choisie en fonction de l’état du marché. Ce paramétrage implique de changer le paramètre en fonction des différents cycles de marchés.
  • Paramétrage ésotérique : ce sont des périodes calculées en fonction des rumeurs par exemple ou des chiffres magiques (Fibonacci, ou période supposément utilisée (20, 50, 200, …)). Bref, ce sont des paramètres soit disant magiques alors qu’ils ne le sont pas.

c. Les erreurs à ne pas commettre

Avant tout, il faut comprendre la formule d’un indicateur technique. Il faut comprendre quelles situations précises créent les « patterns » que vous allez utiliser. Enfin, il faut comprendre les limites de l’indicateur pour ne pas l’utiliser dans les mauvais moments. Un indicateur s’utilise à certains moments ou en tout cas d’une certaine manière en fonction du marché.

Il faut aussi éviter les redondances avec une bête lecture graphique et prêter un caractère auto-prophétique aux indicateurs.

d. Les différents types d’indicateurs

Il existe un grand nombre d’indicateurs classés en différentes catégories :

  • Les indicateurs de tendance
  • Les indicateurs de momentum (force et faiblesse)
  • Les oscillateurs bornés permettant de mettre en evidence des zones extrêmes
  • Les indicateurs de volatilité
  • Les indicateurs de volume
  • Les indicateurs de profil de marché